27843397

Le tremblement de Haiti s'est fait sentir jusqu'à Munich, jusqu'au coeur de notre groupe de théâtre.

Don Juan (le  personnage  principal de notre  dernière pièce) est décédé d'une crise cardiaque après avoir enterré sa fille  découverte sous les décombres  de l'hôtel Montana à  Haiti.

Les journaux locaux en ont fait leur une à plusieurs reprises. nous  nous serions  bien passés de cette publicité.

Il était engagé dans des aides humanitaires auprés des enfants à Haiti, voir Marie-José Laguerre : www.haiti-online.de

 

   Nous avons abandonné le spectacle que nous préparions et essayons, non sans mal, d'en monter un autre, plus

adapté aux circonstances et recueillir des fonds afin de soutenir ses engagements.

 

Je n'en dirai pas plus mais je ne pouvais pas en dire moins.

 

 

                                                              doc132

Mais à Munich, il n’y a pas que la culture de la bière et de la saucisse, (qui a son musée, les pots de chambre aussi ont un musée). Bien sûr il a 3 grandes Pinacothèques remarquables et régulièrement des expositions fantastiques.

La communauté française met son grain de sel. Il y a 4 troupes de théâtre qui y sévissent.

Une, qui joue du répertoire, style patronage de luxe…Qui a un public fidèle, c’est le premier je crois qui s’est installé.

 

Deux autres qui jouent du boulevard, parfois l’une se lance dans du Ionesco ou de l’Obaldia avec assez de bonheur, l’autre est carrément dans le boulevard contemporain avec succès et enfin celle créée par une professeur du lycée français de Munich , qui est un peu plus ambitieuse, certes...Elle secondée par son mari Dieter, Dieter est un merveilleux directeur d'acteurs, d'abord il saisit très vite toutes les nuances qu'on peut donner aux caractères des personnages, ce qui est  remarquable, car le français est une langue étrangère pour lui, voire étrange... Ensuite  j'adore la façon drôle et gentille, énergique, enthousiaste et rigoureuse, dont il nouscaricature pour nous faire comprendre nos faiblesses et nos erreurs, le tout avec le charme de son léger accent ses petites fautes de français, c'est un vrai plaisir...

 

R_GISSEUR

 

 

 

c’est un peu plus difficile pour le public allemand*, mais qui réjouit un certain public français qui est heureux de retrouver de beaux textes et des pièces avec un peu plus de profondeur. C’est la troupe dans laquelle je joue depuis ces dernières années.

Qui sommes nous ? Employée, infirmière, femmes au foyer, fonctionnaire, artisan, chef d’entreprise, professeurs,étudiantes, artistes.

 

 

 

 

coulisse_5_

 

 

 

Retrouvez-là , bien documentée, sur le site :

www.theatre-jean-renoir.comwww.theatre-jean-renoir.comwww.theatre-jean-renoir.comwww.theatre-jean-renoir.com

la_troupe

 

Cette année nous avons présenté „La nuit de Valognes“, oeuvre de jeunesse avec tout ce que cela comporte de défauts (longueurs par exemple) mais aussi de fraîcheur, d’Éric-EmanuelÉric-Emanuel Schmitt. Un texte un peu trop littéraire pour le théâtre, mais riche, grinçante comme on les aime et bien sûr comme toujours avec EES un brin « philosophante ». 

Pour nous acteurs, ce n'est pas inintéressant de réfléchir sur la couleur, le ton, les intentions, les nuances à donner à des personnages complexes.

Nous étions 10 acteurs, sept femmes (nombre magique ) et une trinité d’hommes. (autre nombre magique) J 

L’ambiance, l’entente la bonne humeur, la bonne volonté et aussi le sérieux ont été au rendez-vous pendant toute la gestation de la pièce qui a duré neuf mois.

Des évènements tragiques ont marqué la préparation de cette pièce : deux deuils et une fracture du radius, peu radieux, le mien en l’occurrence, qui m’a tenue dans le plâtre pendant les 6 dernières semaines de répétitions, je ne l’ai enlevé que le jour de la couturière, j’étais encore bien handicapée.

R_PET

 

Puis peu à peu j’ai repris quelques fonctions suffisantes pour me coiffer et me maquiller. Nous mettions plus d’une heure pour ces opérations : faux cils, maquillage professionnel, costumes pas très faciles à enfiler, moi même, en tant que duchesse, d’un siècle, d’ailleurs, improbable, je devais quand même garder la pâleur aristocratique. doc1130

 

Ruth (85 ans à cet âge vu ce qu'elle fait, elle  peut être fière de son âge), notre directrice artistique, a fait des croquis, dessins, aquarelles, affiches et prospectus sublimes.

Je vais en encadrer quelques uns pour renouveler ma décoration.Coulisse2

coulisse_3_

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMI_RES__ESQUISSES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

coulisse_4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle décide aussi du décor, le choix est minimaliste, ce que personnellement, j’apprécie ainsi le spectateur n’est pas distrait et se concentre sur les acteurs leurs costumes, leur jeu et mimiques. CRW_7773

 

La photographe de la troupe Laurence n’est pas moins talentueuse et je vous recommande de visiter ses sites pour vous en convaincre  :

 

Portfolio:www.laurence-ciclet.com 

 

Photos    www.architecture-nature.net

 

          www.lc-atelier.comwww.lc-atelier.com groupejeu

 

Gallery   www.artgo.netwww.artgo.net

 

Agency  www.a34.net

 

Nous avons un autre talent dans la troupe, qui est aussi un artiste, mais aussi « médicine man”, je ne crois qu’il appréciera ce surnom… J sganarelle

 

 

 

 

 

 

 

Lui travaille sur les énergies dans l’art et sur les corps :               www.christian-havet.com 

Or c’est bien connu désormais, l’univers n’est fait que d’énergies et informations, et nous n’échappons pas à cette structure, et il a rétablit, l’énergie qui nous manquait parfois, avec mon poignet dans le plâtre je n’arrivais pas toujours en très bonne forme aux répétitions, au niveau de ma voix qui avait tendance parfois, à flancher. Je gargarisais, pulvérisais,suçais à longueur de journée toutes sortes de substances... j’avais un rôle important et nous jouions dans une salle qui avait une très mauvaise acoustique et qui nous obligeait à forcer notre voix.

duchesse_1_duotringle

Mais il a une ou deux représentations où l’énergie nous a manqué, sauf la comtesse qui est restée brillante, un public mou…qui ne nous aidait pas, je pense à cette matinée, où on nous avait volé des timbales en étain, qu’il a fallu remplacer par des bocks de bière… Pour pouvoir crier « À boire tavernier ! À boire ! » Le jeune homme, adorable et joyeux ,(toujours destiné à se faire  "Hara qui rit" :-) avait oublié sa chemise, et qui est mort en Marcel (et en héros :-) )CRW_8007_1_

Le même jour, un coup de tonnerre devait se produire pour la rentrée de Don Juan, pas de tonnerre en interrompant ma réplique, j’ai tenté de meubler en espérant que le tonnerre arrive… sans succès, pas de réaction, silence pesant, on m’a soufflé de crier : « Don Juan » ce n’était pas à moi de le faire, mais j’étais la plus proche de la souffleuse ! Bien sûr, si nous avions eu de l’expérience, SganarelleSganarelleSganarelleSganarelle serait rentré en annonçant son maître d’une façon tonitruante... Mais voilà nous ne sommes que des amateurs…et nous n’avions que 2 jours derrière nous. Bref, sérieux flottement sur la scène…J’étais d’autant plus fâchée qu’on m’a attribué la panne, ayant été la dernière à parler…Alors que le technicien avait appuyé sur le mauvais bouton !:-( Je ne sais pas si c’est ce jour là où j’ai passé une réplique importante, que j’ai assez bien rattrapée. et puis j’ai dit une fois que mon paon rhumatisant était devenu. :« tuberculeux ». Ma foi un peu gâteuse la duchesse…Pas de réaction de la salle curieusement…c’était un jour SANS…

 

Notre Don Juan qui avait beaucoup, beaucoup de texte, s’est aussi assez souvent rattrapé en improvisant, et a eu quelques blancs, surtout lorsqu’il était trop loin de la souffleuse J. 

Sans compter à la générale, assez catastrophique, en ce qui me  concernait, où ma langue z-a fourché et j'ai lancé un "La nuitva t-être longue!

Ce sont les aléas du spectacle vivant et qui restent, d’ailleurs, nos meilleurs souvenirs !

Le public a un rôle important, deux conseils : évitez les matinées, l‘énergie en fin d après midi est toujours moindre qu’en soirée que ce soit dans la salle comme sur la scène et évitez les premières représentations, on gagne de l’assurance et de l’aisance au cours des spectacles.

C'est vrai, au fond i nous avait manqu´w 3 répétitions  aPRés  nus  avons été parfaits... si, si

Pendant les premières répétitions j’avais du mal á contenir mon fou rire à certaines répliques de mes partenaires, eh bien ce ne sont pas celles qui faisaient rire le public. L’interaction du public est différente de spectacle en spectacle et nous surprennent, voire nous déstabilisent, quand elles sont trop fortes ou absentes, inhabituelles ou par exemple quelqu'un qui s'est exclamé: " Elle est  trop bonne celle-là", il parlait d'une réplique...

Il y a des publics plus ou moins intelligents et réactifs.

Il ne faut pas oublier les couturières presque toutes bénévoles; le technicien qui résout et surveille la technique, nous concocte des DVD, et les petites élèves du lycée français dans les coulisses qui ont aussi leur rôle dans les changements de tableaux. Celles et ceux qui sont à la caisse et tous ceux et celles qui ont accepté les tâches plus ou moins ingrates qui accompagnent directement ou indirectement un spectacle. groupe

 

Il est d’usage de faire une surprise au régisseur, ici la régisseuse, Valérie; elle est tout simplement merveilleuse, je n’ai pas su lui rendre l’hommage qu’elle méritait.

 

Donc après les salutations et remerciements divers et variés. Nous avons entamé un French Cancan.

Il y avait une superbe ambiance. http://www.youtube.comwww.youtube.comwww.youtube.comwww.youtube.com/watch?v=LX-i2Qvb7eI

 

Nous sommes tous tristes que cette aventure soit terminée, même si ce fut en beauté.

Nous espérons reprendre cette pièce d’une façon ou d’une autre, car tant d’engagements de la part de tous pour jouer sept fois, c’est un peu frustrant.,( même si 7 est encore un nombre magique). Non, je ne m’intéresse pas à la numérologie !!! J 

Une production qui a coûté dans les 10 000 Euros, qui malgré les sponsors et les quelques 900 personnes que nous avons touchées ne va pas laisser de bénéfices pour l’an prochain.

 

Valérie a été trop généreuse trop d’invités, trop de réductions à mon humble avis.

J'espère avec ces quelques lignes avoir pu exprimer tout le bonheur que j'ai eu à jouer avec la troupe, grâce à chacun, MERCI

 

* Au sujet du public allemand qui est souvent désespéré de n'avoir pas tout compris( surtout les  apprenants qui espèrent comprendre 100%) les autres ont moins d'attente ...et savent  apprécier  d'avantage, la musique  de la langue,les intonations , les rapports entre les acteurs,  le jeu des  acteurs, les mimiques, les attitudes, l'ambiance et les costumes, bref. ils n'essaient pas de traduire mais laissent leurs sens  les  guider. Ce qui m'est arrivé en voyant des spectacles où je ne comprenais pas tout. 

Aujourd'hui avec la télé et le cinéma et autres médias,  les gens ingurgitent images et sons( qui ne volent pas très haut en plus) jusqu'à l'indigestion, ils ne savent plus regarder, ni écouter, or au moins 70% de la communication  est non verbale, en essayant de comprendre chaque mot, pire de traduire et après ils vous disent que vous parlez trop vite ! ils se fixent sur  30 % du spectacle et manquent le reste.

Une petite  anecdote à ce sujet : Lucien Guitry, acteur "people et vedette" d'entre les 2 guerres était capable de jouer une minute à une minute et demie de silence. Nous, quand il nous faut compter jusqu'à cinq entre 2 répliques, ça nous semble une éternité, mais une seconde  trop tard peut faire perdre un effet.

Un admirateur enthousiasme vint le féliciter après une pièce du répertoire classique" Ah! Maître vous dites ce texte d'une façon admirable, mais plus admirables encore sont vos silences."  Guitry lui répondit " En effet, car les silences sont de moi"

Voilà un spectateur qui savait écouter et regarder!

 

la_troupe

Mais silence on tourne, ma carrière ne s'arrête pas là puisque qu'on vient de me proposer un petit rôle dans un petit film, donc à la prochaine séance....Cest une  des  retombées amusantes de la pièce, j'ai donné les deux premiers et derniers autographes  de ma vie, deux petites dames venues avec leur petit carnet, écrit dessus Théâtre en  lettres d'or!  À moins que la prochaine fois ce soit des photos dédicacées!!!!